CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange
feed-image
  • Etablissements
  • Divisions de l'UES
  • SCE (Orange Business Service)

infos ex equant sept 18

Depuis le 1er juillet, par suite de la fusion Equant dans Orange SA, vous avez rejoint SCE.

La CFE-CGC, majoritaire au CE, y pilote les activités sociales et culturelles (ASC). Vos droits d’accès aux ASC vous ont été ouverts dès votre arrivée, et le CE vous a adressé un mail afin de vous en donner les clés.

Découvrez maintenant d’autres avantages accessibles aux personnels chez Orange.

Les mesures d’encouragement à l’épargne et à l’actionnariat salariés font l’objet de négociations avec les représentants du personnel. La CFE-CGC est la 1ère organisation syndicale au Conseil de Surveillance du fonds Orange Actions qui détient 5% du capital et 9% des droits de vote. 

Le budget de prévoyance santé est copiloté par les Organisations Syndicales (OS) et la Direction.

Vous trouverez les informations sur vos avantages dans le tract ci-dessous ainsi que tous les liens pour en bénéficier, notamment sur :

o   Vos avantages Fixe, Mobile et Interne, et l’accord d’entreprise

o   Orange Bank et les opérations de parrainage

o   Les remboursements optiques

o   L’épargne salariale : les abondements jusqu’à 1 000 euros par an sur le PEG, le PERCo, encore activables d’ici la fin de l’année.

Vous souhaitant à nouveau la bienvenue chez vous, n’hésitez pas à nous contacter pour toute question !

Vos correspondants

Philippe Savadogo – 06 72 51 03 42 - La Défense
Michel Rezk – 06 07 32 37 24 – Sophia Antipolis
Patricia Boulissière – 06 87 45 61 29 - Bagnolet
Olivier Aigueperse - 06 73 37 03 37 – Boulogne Billancourt
Arnaud Résillot – 06 30 52 22 96 – Cesson-Sévigné

pdf20180806_tract_equant_accueil_def_3.pdf

SCE Equant Orange Business Services

Imprimer

CCUES 08 2018 : la stratégie d'OBS

Pas de changement dans la continuité

La stratégie d’Orange Business Services s’inscrit dans la continuité de la stratégie du groupe Orange « d’Opérateur multi-service du digital ».

En affichant de meilleurs résultats que la moyenne de ses concurrents telco et reconnus par le marché, Orange Business Services a aujourd’hui les atouts pour devenir un leader de l’internet des entreprises, en tant qu’entreprise française la plus internationale, avec une fiabilité d’opérateur télécom et des compétences d’intégrateur mondial.

Vision : leadership de l’internet des entreprises

  • Développer l’Internet des Entreprises, un nouvel écosystème digital alimenté par les données ;
  • Aider les clients à croître et se distinguer grâce à la collaboration et l’innovation, de manière sûre, sécurisée et responsable.

Intégrateur mondial et opérateur exigeant, OBS met la puissance des données au service des hommes. Son expertise est globale et son approche adaptée à chaque client.

Les challenges :

  • La migration de l’IT des entreprises dans le cloud attire la valeur dans le cloud sur l’ensemble du portefeuille d’OBS (incluant la virtualisation des réseaux) ;
  • De nouveaux entrants, plus souples (les OTT, les intégrateurs IT) durcissent la concurrence, dans un nouveau paysage concurrentiel tourné autour du logiciel ;
  • Une pression continue de la régulation sur le marché français ;
  • Les besoins des clients évoluent vers un modèle « as a service ».

La mise en place de la stratégie OBS s’appuie sur 4 piliers

  • Le client d’abord : ses nouveaux espaces digitaux pour co-innover avec les clients ;
  • L’engagement des équipes et l’innovation : des décisions prises au niveau pertinent. Subsidiarité ;
  • La simplification : la création d’Orange Business Services SA en France ; Un programme digital porté au plus haut niveau de l’organisation Orange Business Services (création d’une fonction de Directeur Marketing et Digital) ;
  • L’exécution et les résultats : Un objectif de croissance de chiffre d’affaires et maîtrise de la profitabilité pour garantir les marges de manœuvre.

Analyse de la CFE-CGC

Cette présentation claire mais succincte (tout semble être dit sur le slide 2 où l’on rappelle qu’OBS s’inscrit dans la continuité de la stratégie du Groupe) soulève néanmoins de nombreuses questions.

Au global, OBS apparait comme une énorme structure avec une myriade de directions ou filiales structurées chacune sur son marché et la volonté collective de partage / mise en avant des produits et solutions de chacune de ses composantes pour un développement collectif au profit de chacun semble encore manquer…Et si l’ambition de leadership sur l’internet de l’Entreprise est affichée, reste à savoir si OBS pourra, face à ses concurrents, se donner les moyens d’atteindre cet objectif.

CCUES

Imprimer

Depuis plusieurs mois, nous constatons une hémorragie d’activités initialement réalisées en France vers des MSC lointains : Egypte, Inde, Ile Maurice…. ou la création de nouvelles activités directement créées sur place. Dans un tract précédent, nous dénoncions ces restructurations au détriment de l’employabilité en France ! Et nous posions la question sur la pérennité de certains services : « CS&O, Stop ou encore ? ».

La CFE-CGC a sollicité à plusieurs reprises la Direction pour qu’une présentation de cette stratégie soit réalisée en CE. Le 22 juin dernier, la Direction OBS/SCE a présenté un pseudo « Bilan de CS&O Evolution et vision sur les perspectives ». A défaut d’avoir un vrai bilan économique et social pour permettre une analyse fine, nous avons eu une belle opération de communication et de séduction avec photos touristiques à la clé !

L'externalisation des activités, toujours au détriment des conditions de travail des salariés et de nos emplois en France !

Le morcellement des activités, les transferts par petit bout de celles-ci sans communication officielle, ne font qu’insécuriser les salariés. Nous avons interpellé à plusieurs reprises les directions au travers de nos instances IRP locales (CHSCT, réunions DP…) pour avoir une présentation de la stratégie sur le partage d’activités entre la France et les autres pays...

En retour, la langue de bois de la direction ou son silence... et l'absence d'informations partagées, dans toutes les instances de représentation du personnel.

ce cannella

La question est pourtant posée : Quels métiers, et avec quels effectifs, resteraient sur le périmètre CS&O France dans les années à venir ?

Une mise en demeure de la direction à fournir les éléments au plus vite : les élus CE de SCE ont voté à l'unanimité une résolution qui met en demeure la Direction de lui communiquer au plus vite toutes les informations utiles sur sa politique de restructuration et de préparer ce dossier avec la Commission économique en vue d’une consultation de l’instance et une expertise si nécessaire.

Retrouvez notre analyse complète et nos questions à la direction dans le tract ci-dessous.

pdftract_cso_evolution_suite_ce_juin_2018_v2.pdf

La CFE-CGC revendique : 

  • Une stratégie claire, chiffrée et pérenne des effectifs et des compétences qui « partent » ou qui sont partagées avec des équipes hors France
  • Une vraie Gestion Prévisionnelle de l’Emploi et des Compétences au périmètre de CS&O France qui présente les effectifs et les compétences à 3 ans
  • Des plans  de formation, voire de reconversion dans le cas de départs volontaires

 

Orange Business Services

Imprimer

Alors que Thierry Bonhomme communiquait dans l’émission de radio interne «On The Wave » sur un EBITDA supérieur aux objectifs et se félicitait d’une stratégie d’investissement cohérente basée sur 4 clés de succès dont les salariés… sur le terrain, la reconnaissance des efforts est toute autre !

Les collaborateurs de CS&O recevant leur montant de PVM se sentent floués et sont laissés pour compte !

La CFE CGC a interpellé Paul Joyce dans une lettre ouverte fin mars sur une Part Variable Managériale qui ne reflète pas l’investissement et les efforts produits par les collaborateurs.

Retrouvez notre analyse complète d'une situation incohérente et injuste dans le tract à télécharger ci-dessous.

  • Performance de l'EBITDA mais étiolement de la PVM... en incohérence avec les efforts de salariés
  • CS&O Evolution, une nouvelle organisation qui n'amène pas les gains espérés, et plombe le collectif
  • Délocalisation et prestation de service, pour quel avenir?
  • et des augmentations individuelles à la traîne issues d'une NAO indigne...

pdfsce_cso_pvm_mai_2018__v_def.pdf


delocalisation small

 

La CFE-CGC Orange revendique :

  • L’adaptation des indicateurs au vrai périmètre des salariés de SCE et donc un nouveau calcul pour la PVM des salariés CS&O
  • Une politique salariale en accord avec nos bons résultats ! Ce sont les salariés qui ont rétabli la croissance de l’entreprise.
  • Une vraie GPEC au périmètre de CS&O France
  • Le maintien des effectifs dans nos centres en France

 

 

 

Imprimer

« En procédant, quelques jours avant la prise de fonction du nouveau patron d’OBS Helmut Reisinger, à la nomination de Monsieur Goulard au poste de Directeur de la Responsabilité Sociale et Environnementale (RSE) de Orange Business Services, Madame Waldron Werner vise-t-elle à porter le discrédit sur l’arrivée du nouveau dirigeant d’OBS ?

En effet, en nommant celui qui présidait les destinées du CHSCT de Stadium sur la période 2008 / 2009, Madame Waldron Warner désigne au poste de Directeur RSE celui qui s’est opposé à une enquête de harcèlement moral. Et qui a valu à France Telecom - Orange d’être condamné pénalement le 21 janvier 2014 par la 31ème chambre du Tribunal de Grande Instance de Paris.

Pour rappel, une condamnation historique

Le 21 janvier 2014, la 31ème Chambre du Tribunal de Grande Instance de Paris agissant en matière correctionnelle a condamné France Télécom - Orange pour délits d’entraves aux Délégués du Personnel de DGC, au CHSCT de Stadium et à leur expert.
Jérôme Goulard, en tant que Président du CHSCT, représentait la Direction d’Orange dans l’instance, durant la période où l’enquête paritaire du CHSCT a été entravée par la Direction.

La société France Télécom a été reconnue coupable et condamnée à 12.000 € d’amende (huit condamnations au casier judiciaire) et été condamnée en outre à verser :

  • 10.000 € de dommages et intérêts outre 1.500 € au titre de l’article 475-1 du CPP au CHSCT de Stadium
  • 10.000 € de dommages et intérêts outre 1.500 € au titre de l’article 475-1 du CPP au syndicat CFE-CGC ;
  • 5.000 € de dommages-intérêts outre 1.500 € au titre de l’article 475-1 du CPP à M. GOBIN (DP) ;
  • 1.000 € de dommages et intérêts outre 1.500 € au titre de l’article 475-1 du CPP au syndicat Sud
Les faits reprochés à France Télécom - Orange et que le Tribunal a jugés, sont constitutifs de délits d’entraves et se rapportent aux obstacles qui ont été mis par l’Entreprise au déroulement et au traitement de l’enquête par les DP, le CHSCT de Stadium et leur expert au sujet des agissements de harcèlement moral présumés s’étant produits dans l’Agence Grands Comptes Gouvernement Institutions en 2008 et 2009.

La responsabilité pénale de l’entreprise a été reconnue, la responsabilité morale de Monsieur Goulard est avérée. Le groupe Orange pâtit toujours des atteintes qui ont été portées à sa réputation sociale et à son image d’employeur.

La Responsabilité Sociale et Environnementale (RSE) est une fonction essentielle des entreprises. Le choix de son représentant doit donc être incontestable.

On se souvient également, ici, du zèle et de l’arrogance dont faisait preuve Monsieur Goulard les années passées amenant des incidents de management dans ses équipes, incidents qui ont mobilisés les représentants du personnels pour aider les soulager les salariés en souffrance.
En le choisissant, Madame Waldron Werner exprime peut être sa nostalgie de l’époque Lombard.

Cette nomination fait aussi écho à celle de la directrice RSE groupe, Madame Dumont, maintenue à son poste malgré sa mise en examen et son probable renvoi en rappel devant la juridiction correctionnelle. Comme pour Monsieur Goulard, sa responsabilité morale est aussi avérée.

Cette persistance de l'entreprise à nommer aux postes de RSE des personnes ayant pu avoir des agissements antinomiques à ce type de fonctions heurte profondément les personnels d’Orange.  Nous pensions qu’OBS aurait été épargné par cette infamie.

Nous invitons l’ensemble des acteurs concernés à prendre leurs responsabilités sur le maintien d’une telle désignation au regard des conséquences sur la légitimité et la crédibilité qu’elle aura sur Monsieur Reisinger, censé incarner le renouveau.

Enfin, les élus CFE-CGC auront noté que cette désignation intervient dans un contexte de tension sur les questions de santé au travail sur le périmètre d’OBS et l’apparente volonté de la Direction de considérer le CE de SCE comme une instance inutile, et ce à la veille de son remplacement par le CSE. Soyez assuré de leur détermination à défendre l’intérêt du personnel et de leur outil de travail qu’est l’entreprise.»

 

pdfdeclaration_cfe-cgc_24_mai_2018_-_nomination_rse.pdf

 

 

Conditions de Travail et Santé Orange Business Services

Imprimer

Nous avons mis à jour notre notre politique de gestion des données (RGPD). Nous vous invitons à la consulter.
Consulter le texte Ne plus afficher ce message