CFE-CGC Orange
CFE-CGC Orange
feed-image

La négociation annuelle sur les salaires a repris, avec peu d'espoir fin février d'aboutir à un accord.

Les propositions actuelles de la direction sont en effet très insuffisantes. Pour les non cadres, augmentations générales de 0,6% au 1er semestre,0,4%, au second et 1% d'augmentations individuelles ;Pour les cadres, augmentations individuelles de 2%.Accepter de tels montants équivaudrait à entériner une baisse du pouvoir d'achat pour près de la moitié du personnel comme cela a déjà été le cas l'année dernière.

Imprimer

La Négociation Annuelle Obligatoire

Obligatoire, c’est le Code du Travail qui le stipule ! Mais si l’employeur est effectivement tenu de négocier, il n’a pas pour autant obligation de résultat !Ainsi, en 2005 les propositions de la direction ont été si « alléchantes » que pour la première fois, aucune organisation syndicale n’a accepté de signer le texte proposé. Ce qui aboutit à un constat de désaccord, et à la décision unilatérale de l’entreprise.Désaccord justifié ! En région parisienne, où l’on peut estimer que l’immobilier pèse pour 0,7% dans l’inflation, l’application de la politique salariale décidée unilatéralement par la direction aboutit à des pertes sèches de pouvoir d’achat en 2005 pour 50% du personnel de FT SA et 40% des cadres. Et 2006 s’annonce sous des auspices aussi peu engageants !Possible grande nouveauté cette année, la négociation comportera peut-être un volet concernant les cadres fonctionnaires. L’entreprise n’y est pas obligée, mais vis-à-vis des règles régissant les fonctionnaires, rien ne lui interdit non plus de le faire.Les autres OS semblent plutôt favorables à l’intégration de ce volet dans la négociation, tant la mécanique du Salaire Global de Base (SGB), qui permet de compenser une augmentation indiciaire par une diminution du Complément France Télécom (CFT), est critiquable et critiquée par tous !Il ne faut cependant pas se leurrer sur cette proposition ! Lors d’une table ronde sur les rémunérations, la Direction a démontré que sur une période longue (5 ou 6 ans), les augmentations des fonctionnaires avaient été plus fortes que celles des salariés de droitprivé. Le risque est donc grand d’arriver à un nivellement par le bas pour les deux populations.A la CFE-CGC, nous serons très vigilants sur un tel amalgame, auquel nous sommes résolument opposés, en raison des structures fondamentalement différentes des rémunérations des salariés et des fonctionnaires. Nous exigerons, si la Direction confirme cette volonté, que la négociation aboutisse à deux propositions et deux textes complètement séparés.

Imprimer

Nous avons mis à jour notre notre politique de gestion des données (RGPD). Nous vous invitons à la consulter.
Consulter le texte Ne plus afficher ce message