Ressources humaines et transformation: une nouvelle ère s'ouvre-t-elle avec Gervais Pellissier ?

[French version here/English version below]

Dans le cadre du Comité de Groupe Européen d'Orange des 5, 6 et 7 octobre 2020 organisé à distance, la Direction du Groupe a inscrit à l'ordre du jour une intervention de Gervais Pellissier, Directeur Général Délégué, Ressources Humaines et Transformation.

Gervais Pellissier est intervenu en début de séance plénière du Comité de Groupe Européen en qualité de nouveau Président du Comité. Ancien patron de l’Europe, il a souligné l’engagement européen du Groupe et nous a assurés de l’importance qu’il attachait à l’instance. Souhaitant favoriser une approche plus européenne et internationale de la Direction People & Transformation, il nous a informés de l’arrivée dans son équipe de Ignacio De Orue Sabau, jusqu’ici rattaché à Orange Espagne.

Le regret exprimé que l’instance doive se tenir par téléconférence a constitué une bonne transition pour évoquer le principal sujet de la matinée consacré à l’organisation du travail et plus précisément au travail à distance.

C’est en effet cette expression de « travail à distance », plutôt que le terme télétravail, que Gervais Pellissier a tout au long de l’échange souhaité privilégier.

Le travail à distance s’entend plus largement de tout mode de travail effectué depuis un autre site que celui de rattachement du salarié et non pas uniquement depuis le domicile du salarié.

Gervais Pellissier a exprimé sa conviction que ce mode de fonctionnement, majoritairement plébiscité par les salariés, était désormais incontournable après qu’il ait été expérimenté, au plus fort de la pandémie, par 100 000 salariés du Groupe, dont 60 000 sur le territoire français.  

Le travail à distance est appréhendé comme une opportunité à saisir pour Orange en qualité d’employeur, dont il concourt à l’attractivité. Il est aussi une opportunité à saisir pour Orange en qualité de prestataire de services et d’outils digitaux pour les entreprises qui souhaitent également y avoir recours.

Il a fixé deux horizons à la démarche de la Direction sur ce thème :

  • A court terme, la prise de décisions dans le cadre du dialogue social visant la protection des salariés dans la situation sanitaire présente
  • A plus long terme, celle d’une transformation de l’entreprise à partir des enseignements tirés des enquêtes réalisées auprès des salariés en Europe et des groupes de travail qui viennent d’être mis en place.

Les enquêtes réalisées à ce jour en France, en Pologne et en Espagne, dont les résultats sont très proches, mettent en évidence une forte appétence des salariés pour le télétravail en raison des bénéfices personnels qu’il procure.

Sept groupes de travail ont par ailleurs été effectivement organisés par la Direction, qui ne sont pas à ce stade paritaires, et mènent des réflexions sur le travail à distance en rapport avec plusieurs thématiques comme l’expérience salarié, l’expérience client, l’attractivité d’Orange employeur et la RSE par exemple.  

Gervais Pellissier a également souligné les écueils que pouvait porter en germe le recours au travail à distance notamment au sein du collectif. Il a notamment attiré notre attention sur la cohésion sociale à préserver entre les salariés qui peuvent y avoir recours et ceux qui en sont de fait exclus par leur fonction au sein de l’entreprise. Au regard de l’ensemble des risques d’ores et déjà mis en lumière, il n’est a priori pas favorable à ce que le travail à distance soit envisagé au-delà de 3 jours par semaine. 

Parmi les autres priorités de la Direction de l’entreprise, Gervais Pellissier a ensuite évoqué un sujet qui n’est pas sans lien avec le travail à distance, à savoir celui de l’immobilier. La question se pose de l’utilisation de nos bureaux dans ce nouveau contexte.

Gervais Pellissier est revenu ensuite sur la question des compétences qu’avait abordée Valérie Le Boulanger en début d’année à l’occasion de la présentation du plan Engage 2025 au Comité de Groupe Monde et au Comité de Groupe Européen. Le budget de 1,5 Milliards sur la durée du Plan consacré au programme de développement des compétences est bien confirmé, ainsi que l’ouverture d’Orange Campus à tous les salariés du Groupe et non plus aux seuls managers. L’objectif est de permettre aux salariés d’acquérir les compétences dont l’entreprise aura besoin au terme du Plan stratégique.

L’échange s’est ensuite poursuivi pendant une heure de manière ouverte et a été ressenti positivement par les élus. Il a pour l’essentiel porté sur le travail à distance dont les élus estiment qu’il est un sujet à traiter au niveau européen.  Ils ont exprimé leur regret que les réflexions qui ont démarré ne se fassent pas au sein de groupes paritaires.

A été réitérée la demande du Comité de participer au débat par la mise en place d’un Groupe de travail au sein même du Comité de Groupe Européen. Alors qu’il avait dans un premier temps , cet été , opposé un refus à notre demande, Gervais Pellissier s’est en séance montré ouvert à ce que le Comité de Groupe Européen soit force de proposition tout en prenant soin de rappeler toute absence de pouvoir normatif du Comité.

Les élus ont en conséquence la volonté de s’emparer  très rapidement du sujet dans toutes ses configurations envisageables et d’être des interlocuteurs de qualité de la Direction. La première étape sera d’étudier les situations pays par pays, sachant que l’objectif, à terme, est de mener à bien une réflexion sur un socle commun voire sur une « clause du pays le plus favorisé ». Notre  finalité est bien d’éviter tout risque d’une forme de dumping social en la matière. Il a ainsi été décidé que Bureau demandera que le sujet soit à nouveau à l’ordre du jour dès le prochain Comité de Groupe Européen qui doit se tenir en novembre.

[English version]

As part of the Orange European Works Council meeting in ordinary session on October 5th, 6th and 7th  2020, organized remotely, the Group Management included on the agenda an intervention by Gervais Pellissier, Deputy CEO, People and Transformation.

Gervais Pellissier spoke at the start of the European Works Council plenary session as the new Chairman of the Committee. Former boss of Europe, he underlined the Group's European commitment and assured us of the importance he attached to the European Works Council. Wishing to promote a more European and international approach to the People & Transformation Department, he informed us of the arrival in his team of Ignacio De Orue Sabau, previously attached to Orange Spain.

The regret expressed that the forum should be held by teleconference was a good transition to discuss the main topic of the morning devoted to the organization of work and more specifically to remote work.

It is indeed this expression of "remote work" rather than the term teleworking that Gervais Pellissier throughout the discussion wished to favor.

Remote work is understood more broadly to mean any mode of work carried out from a site other than that of the employee's office and not only from the employee's home.

Gervais Pellissier expressed his conviction that this mode of operation, which was largely approved by employees, was now essential after it was tested, at the height of the pandemic, by 100,000 Group employees, including 60,000 in France.

Remote work is seen as an opportunity to be seized for Orange as an employer, making it more attractive. It is also an opportunity for Orange to seize as a digital tools provider for companies that also want to use it.

He set two horizons for the management's approach on this topic:

  • In the short term, decision-making within the framework of social dialogue aimed at protecting employees in the present health situation
  • In the longer term, that of transforming the company from the lessons learned from surveys carried out among employees in Europe and working groups that have just been set up.

Surveys carried out to date in France, Poland and Spain, (the results of which are very similar) show a strong appetite among employees for teleworking because of the personal benefits it provides.

Seven working groups have also been effectively organized by Management which are not at this stage shared with staff representatives  and are discussing remote work in connection with several themes such as employee experience, customer experience, attractiveness of Orange as an employer and environment for example.

Gervais Pellissier also underlined the risks that could be germinated by recourse to remote work, particularly within the collective. In particular, he drew our attention to the social cohesion to be preserved between employees who may have recourse to it and those who are de facto excluded by their function within the company. In view of all the risks that have already been highlighted, he is a priori not in favor of remote work being considered more than 3 days a week.

Among the other Management’s priorities, Gervais Pellissier then mentioned a subject which is not unrelated to remote work, namely that of real estate. The question arises of the use of our offices in this new context.

Gervais Pellissier then returned to the issue of skills that Valérie Le Boulanger had addressed at the start of the year during the presentation of the Engage 2025 Plan to the European Works Council. The budget of 1.5 billion over the duration of the Plan devoted to the skills development program is well confirmed as well as the opening of Orange Campus to all Group employees and no longer to managers only. The aim is to enable employees to acquire the skills the company will need at the end of the Strategic Plan.

The exchange then continued for an hour in an open manner and was felt positively by the elected members. It mainly focused on remote work, which elected members consider to be a subject to be dealt with at European level. They expressed their regret that the reflections that have started do not include staff representatives.

The Committee's request was reiterated to participate in the debate by setting up a working group within the European Works Council itself. While he had initially refused our request this summer, Gervais Pellissier in the meeting showed himself open to the European Works Council being a force of proposal. However took care to recall any lack of normative power of the Council.

The elected members therefore have the will to quickly seize the subject in all its possible configurations and to be quality interlocutors of the Management. The first step will be to study the situations country by country, knowing that the objective, in the long term, is to carry out a reflection on a common base or even on a "most favored country clause". Our aim is to avoid any risk of a form of social dumping in this area. It was therefore decided that the bureau will ask that the subject be back on the agenda at the next European Works Council meeting to be held in November.

Conditions de Travail et Santé Egalité Professionnelle Emploi & Métiers Europe et International Seniors, TPS, Fin de carrières Formation Professionnelle Handicap CSEC UES Orange Comité Groupe Europe Comité Groupe France Comité Groupe Monde Juniors, Apprentis, Stagiaires Responsabilité Sociétale et Environnementale

Nos coordonnées

CFE-CGC Orange
10-12 rue Saint Amand
75015 Paris Cedex 15

   
nous contacter
01 46 79 28 74
01 40 45 51 57

Epargne

Formation

Siège : CFE-CGC Orange - 104 rue Oberkampf, 75011 PARIS - SIRET 50803050900022 - 9420Z
Mentions Légales - Protection des données - Accès rédacteur